Lycée Jacques Monod, CLAMART
Accueil > Les Disciplines > Français > Production d’élèves > La Fabuleuse Jungle d’Aujourd’hui

La Fabuleuse Jungle d’Aujourd’hui

Fables écrites par les élèves de Seconde 6, avec Mme Gautier.

vendredi 7 juin 2013

Monsieur de La Fontaine n’a qu’à bien se tenir. Sa relève est assurée à Monod... Les animaux des fables, qu’ils s’appellent Lion, Ecureuil, Panda ou Grizzli, jettent un regard acerbe sur les maux d’aujourd’hui et leurs leçons de morale sont aussi justes et féroces que jadis.

Les fables sont regroupées par thèmes, dans les fichiers PDF joints (voir bas de page).

En voici des extraits, choisis au hasard ....

« Le Panda et le Grizzli »

Maître Grizzli et Maître Panda,
Qui vivaient à l’orée d’un bois,
Étaient en ménage.
Et il leur fallait bien du courage,
Pour vivre et assumer chaque jour,
Leur incroyable amour.
Car aussi invraisemblable soit-il,
Ils souhaitaient se marier.
Et les animaux de la ville,
N’avaient pas l’air de l’approuver.
Le seigneur Lion, ayant ouïe cette histoire
Et ne pouvant le croire,
Alla à la rencontre des amants,
Pour écouter leurs tourments.
Après une longue discussion,
Notre bien-aimé Seigneur Lion,
Décida de retirer
Le droit de se marier.
Pour montrer qu’égalité et justice
Sont toujours les plus propices.
Les animaux de la forêt,
Finirent donc par accepter
Que le mariage pour tous soit proclamé.
Et ainsi, pour toujours l’égalité régna
Dans ce majestueux bois.

Alexandra ESA

« Le Lièvre, le Renard et les Agneaux »

Maître Lièvre seyait en une sombre forêt
Lorsque Maître Renard vint alors lui parler :
« - Mais que faîtes-vous assis ici mon ami ?

- Je cherchais un moyen pour gagner à tout prix.

- Est-ce donc cela la source de tous vos maux ?
Vous êtes l’un des plus rapides animaux.

- Je voudrais toutes les chances de mon coté ;
Pour la victoire n’importe quoi je ferai.

- Moi dans ce cas-là un remède je connais
Mais pour l’utiliser il faut vouloir tricher. »
Maître Lièvre accepta cette proposition,
Rêvant déjà de gloire, d’argent et d’évasion.
La course fût remportée par Maître Lièvre ;
Et durant sept années il ne fût jamais mièvre.
Cependant son remède avait un gros défaut,
Sa langue devenait bleue le matin très tôt.
Alors les Agneaux le testèrent positif :
« Il ne pourra jamais remonter sur la piste. »
Et ainsi quand on apprit ce qu’il avait fait,
Tous les animaux ne purent que le huer.
A vouloir courir plus vite on finit toujours par tomber.

Mattéo GIMENEZ

« Le Trésor caché de l’Ecureuil »

A la fin de son discours, l’Ecureuil dit aux fourmis :
Vous avez le droit de chercher à manger,
Mais n’oubliez pas qu’il ne faut pas accumuler
Et cacher vos réserves dans le jardin d’à coté,
Car dans notre société il faut tout partager.
A ces mots l’une d’elle sursauta et cria :
Vous avez bien raison d’accuser vos voisins
Car pendant ce temps nul ne se doute
De vos occupations.
Amies, allez faire un tour dans sa belle demeure,
Où tout est splendeur,
Où tout est économisé pour survivre
Dès la fin de l’été.
L’Ecureuil jura que tous ses biens étaient là
Mais la fourmi répliqua que ce n’était que mensonge.
L’Ecureuil confus ne pipait mot et l’autre reprit :
Vous trouverez sans difficultés dans le jardin d’à côté
Un amas de feuilles de thé
Ainsi que des noisettes pour vous rassasier.
Quant à vous, il vous faudra partager
Ce que vous possédez avec la communauté
Puis vous retirer pendant de longues années
Et oui, bien mal acquis ne profite jamais mon cher Ami.

Caroline Moïse

« Le Lion paresseux et sa tribu »

Un lion paresseux
Se reposait à l’ombre d’un arbre noueux
Accablé par la chaleur,
Il n’était pas de bonne humeur.
Sa progéniture affamée
Vint le quémander
« Peux-tu nous aider à attraper
Ces gazelles rapides ?
Nous n’avons pas tes capacités
Utiles pour remplir nos ventres vides »
Le lion, indifférent, leur répondit
« Allez donc voir vos mères mes petits !
C’est à elles de nous nourrir,
Pour que nous puissions grandir »
Les lionceaux dépités,
Allèrent voir les lionnes fatiguées
De servir un vieux lion
Complètement con.
Apprenant les propos de celui-ci,
Elles décidèrent qu’au bénéfice de la nuit,
Elles l’abandonneraient
Ne lui donnant que ce qu’il méritait.
Répartir les tâches de son foyer
Est une affaire capitale,
Pour ne point se déchirer,
Et ruiner sa vie familiale.

Even Alexandre

« La femme du Roi sans mérite »

Le Lion se réveillant de sa sieste,
Appela sa femme revenant de la chasse,
Afin de manger après quinze heures de repos
Un bon repas copieux, chassé il y a peu.
La Lionne non contente
De ne servir qu’à chasser
Repartit sur le champ en rugissant.
Le Roi fort contrarié
De ne pas pouvoir se rassasier,
Essaya de travailler, mais en vain.
Ce dernier pris de faim,
Alla retrouver sa chère femme
Ayant fait tout le travail.
Cette dernière lui répondit avec joie :
« Je travaille et tu ne fais rien,
On t’accorde tout le mérite.
Sache que je ne travaille pas,
Au service d’un homme
Qui se repose toute la journée.
Et que je trouve injuste,
Qu’en travaillant beaucoup plus,
Je ne sois même pas récompensée
 ».

Timothé CAILLAUD



SPIP | Se déconnecter ] | | Plan du site | Contacts| Webmestre Suivre la vie du site RSS 2.0